Team Laïta - Interview de notre styliste photo: Audrey Belin

by Luli Rodriguez Gugliotta



Bonjour Audrey ! Pour commencer, parle-nous de ton parcours. Comment en es-tu venue au stylisme ? 

Avant d'arriver au stylisme, je suis passée d'une maison de disques à une maison de production de films publicitaires. C'est d'ailleurs lors de cette dernière expérience professionnelle, après pas mal de shootings en mode débrouille - où il fallait gérer les équipes techniques, la régie, le budget, tout en supervisant la déco ET le stylisme - que l'idée de devenir styliste m'est venue.

 

Comment prépares-tu un shooting ? D’où vient ton inspiration ?

Que ce soit pour un shoot photo, un tournage publicitaire, un clip ou un long métrage, ma base de travail c'est le mood board, que j'élabore en fonction de la description et vision du client. 

Un mix d'inspirations avec tout un tas de références visuelles pour fabriquer le personnage (un nombre incalculable d'heures passées devant mon écran d'ordinateur pour trouver LA bonne ref : extrait de film, photo défilé/magazine/campagne pub, gamme chromatique...).

Et puis, bien évidemment, mon inspiration provient de ce que je vois dans la rue, dans les vitrines et les rayons des magasins (merci Zara et H&M ;)) que j'adapte ensuite en fonction du mannequin ou du comédien que j'ai en face de moi.

 

Pourquoi ton métier te passionne-t-il ? 

J'aime ce métier car chaque projet est unique. A chaque fois, une histoire différente à raconter, de nouveaux visages... il est difficile de s'ennuyer.

Et puis surtout, je n'ai pas l'impression d'aller au travail quand je me lève le matin. Si si, c'est vrai !

Ok, très souvent le réveil sonne à 5h du mat' et on finit rarement la journée avant 22h, mais je m'amuse. S'amuser en n'ayant pas l'impression de bosser, ça vaut tous les sacrifices.

 

Pour avoir fait 3 campagnes photos Laïta avec toi, nous savons que tu t'investis à fond. Tu arrives à gérer le stress ?

Le stress est là, quelle que soit la production, que ce soit sur un projet majeur comme sur une plus petite production, le boulot doit être fait et bien fait. Cernes sous les yeux et boule au ventre compris dans la package ! 

 

Quels ont été tes plus grands plaisirs dans le travail ces deux dernières années (à part les séances avec Laïta ;) ) ?

A chaque fois qu'il y a de la création pure. Quand le costume n'existe pas et qu'il faut l'inventer, le créer de toutes pièces, ça c'est génial ! On se met dans la peau d'une créatrice de mode ! Un peu comme Luli finalement qui, à chaque saison, doit se réinventer.

J'aime aussi beaucoup bosser avec des réals de longs métrages. Pouvoir raconter des histoires ensemble, créer de A à Z l'identité des personnages, c'est réellement enrichissant. 

J'attends d'ailleurs avec impatience la sortie du prochain film de Bertrand Bonello sur lequel j'ai participé cet été.

 

Et Laïta alors...? 

Je suis fan des tissus brodés, c'est la surexcitation à chaque fois que je les découvre !

Outre le fait que Luli et Arnaud soient des amis, Laïta c'est pour moi avant tout une marque responsable, privilégiant la fabrication artisanale (j'adhère à 100 000%), alliant avec beaucoup d'amour le savoir-faire de deux beaux pays. Une micro-entreprise avec de l'énergie à revendre, qui j'en suis persuadée, deviendra grande.

 

 Quelle est ta campagne Laïta préférée ? 

Je dirai que sur la dernière, 'Marée Basse', on s'en sort plutôt pas mal :) !!!

La lumière de la Normandie, le super-professionnalisme et la bonne humeur de la mannequin Kim, l'esprit joyeux qui régnait sur le plateau malgré les averses (il faudrait un jour qu'on sorte la photo de nous tous réunis avec les turbans années 40 ! Ça nous avait fait tellement rire), tout ça réuni a donné de très très belles images.

Sans oublier la vedette du shoot : les créations Laïta pour cette saison qui étaient toutes sublimes.

audrey-belin