On "tire le portrait" de... Maximilien !

by Luli Rodriguez Gugliotta


Cette semaine nous tirons le portrait de Maximilien qui porte la Ceinture Gaucho Rojo ! Merci Max pour ton soutien et Bienvenue dans la famille Laïta !


max-laita

Ton lieu de vie:

J’ai deux lieux de vie. Le premier dans le 8ème arrondissement parisien a été structuré par le baron Haussmann, et le second est calé entre les falaises, galets et vaches Normandes du Pays de Caux. Les deux ont en point commun d’avoir une histoire de plus d’un siècle, d’avoir été habités au sens premier. Les deux lieux se complètent : une partie de la semaine plutôt intellectuelle et sociale, une fin de semaine dans un bain de nature, de vie et d’énergie marine. La continuité entre les deux tient dans mon engagement sociétal et ma famille.

Comment occupes-tu tes journées?

Je me lève chaque matin pour construire un avenir meilleur. Je suis « Réparateur de Planète ». En vrai, je suis un amoureux de la Vie et je mets tout en œuvre pour la protéger, la défendre. Concrètement j’invente des projets afin de rendre l’activité des entreprises compatible avec la restauration du climat et de l’environnement. C’est un métier passionnant et exigeant proche de celui du médecin : il faut connaître toutes les pathologies et les solutions qu’il faudrait mettre en place. En pratique, le plus dur est surtout de convaincre le malade de se soigner…

 Quelle ceinture portes-tu?

La Gaucho Rojo de Laïta. C’est un cadeau. Un beau cadeau, d’anniversaire. Cette ceinture incarne plein de choses pour moi : l’amour de ceux qui me l’ont offerte, l’engagement sociétal de ceux qui l’ont conçue (en choisissant les matières premières les plus durables et la défense de savoir-faire d’artisans Argentins), l’énergie créatrice fille de l’entrepreneuriat… Et j’ajoute, par la force que la ceinture dégage (prenez la en main, vous sentirez cette énergie), un je ne sais quoi d’espoir et de gaité !

...élégante sans être ostentatoire, solide sans être rustique...

Pourquoi Laïta?

Pour commencer, Laïta a été pour moi une rivière bretonne sur laquelle j’ai navigué, puis un nom d’entreprise laitière avec laquelle j’ai travaillé, avant d’être une marque de maroquinerie de luxe, dont je porte donc une ceinture…

C’est la marque de mon cousin Arnaud et de sa femme Luli. Cette marque est quelque part devenue leur incarnation : élégante sans être ostentatoire, solide sans être rustique, polyvalente et adaptable comme ils savent être à l’aise partout, et enfin chaleureuse sans s’imposer.