Llullaillaco

by Luli Rodriguez Gugliotta


Le périple Laïta débute réellement à Salta, capitale de la province du même nom située à l’extrême nord de l’Argentine, juste sous le tropique du Capricorne. À Salta se trouve le Museo de Arqueologia de Alta Montaña (pas besoin de traduction !), où des momies Quechuas sont exposées. Elles ont été découvertes en 1999 au sommet du volcan Llullaillaco. Ce sont des enfants Quechuas, sacrifiés pour les déités de la civilisation inca, qui avaient été choisis pour leur "perfection" et représentaient ainsi la plus parfaite des offrandes. 

En découvrant l'un de ces enfants, vêtu de tissus de laine (que l'on appellerait aujourd'hui "Aguayo Antiguo", tissus que Laïta utilise et recherche), on comprend à quel point les tissus traditionnels étaient précieux sous le règne inca. Des dizaines de figurines retrouvées dans les sépultures des "enfants du Llullaillaco" en sont vêtues, imitant toutes ces mêmes enfants, avec un souci du détail impressionnant et très touchant.

Les Quechuas offraient aux dieux ce qu'ils avaient de meilleur. Les textiles les plus fins, utilisés par la noblesse inca et appelés "cumbi", en faisaient donc assurément partie. Cependant, de minimes "défauts" de tissage étaient volontairement conservés : seuls les dieux atteignent la perfection.  

Cependant, de minimes “défauts” de tissage étaient volontairement conservés : seuls les dieux atteignent la perfection

Les "cumbi" étaient confectionnés avec de la laine d'Alpaga et Vicuña (Vigogne en français). Ils étaient fabriqués uniquement par des femmes, nommées "acllahuasi", les seules à pouvoir travailler le textile de manière suffisamment fine pour qu'il soit donné en offrande aux Dieux, ou pour habiller la noblesse inca. Ces tissus avaient des symboliques très fortes, que ce soit en terme d'identité, de communication, de "classes"; tout comme la longueur des cheveux (l'élite portait des cheveux longs, le peuple se rasait). 

Débuter ce voyage Laïta en prenant un peu plus conscience de la valeur centenaire des tissus que nous - chez Laïta - utilisons, donne une force supplémentaire à notre quête. Cela renforce également notre volonté de participer, à notre échelle, à la conservation d'un artisanat multi-centenaire à la portée identitaire, culturelle et historique immense. 

Route des Andes, nous voilà ...!

Capture d’écran 2016-01-18 à 09.26.29.png