L’HISTOIRE

logo-laita

Pourquoi le nom Laïta ?

Laïta était le surnom de la grand-mère de Luli avec laquelle elle a passé une grande partie de son enfance. Femme de caractère, elle attachait beaucoup d’importance à l’élégance, à la qualité et au souci du détail. Ce sont tous ces moments passés avec elle, dans son univers, qui ont marqué Luli, et lui ont donné le goût de la création.

Quand il a fallu trouver un nom au projet dans lequel Luli et Arnaud s’étaient lancés, « Laïta » s’est présenté comme une évidence : Luli était devenue styliste grâce à sa grand-mère. Le nom Laïta, c’est un hommage à cette femme dont l’élégance inspire encore chacun de ses dessins.

Laïta, c’est d’abord la rencontre d’une femme et d’un homme

Luli et Arnaud se rencontrent en 2012, lors d’une d’une belle semaine estivale, au cœur du Berry. Déjà, leur histoire commune s’écrivait dans la nature.

Ils ont l’envie de développer un projet ensemble, qui puisse lier leurs deux pays: ce sera la maroquinerie. Le projet Laïta prend forme.


Luli Rodriguez Gugliotta

 

Photo: Jacob Khrist

Photo: Jacob Khrist

Luli naît à Buenos Aires, dans le beau quartier résidentiel de Belgrano et grandit entre la ville et la pampa argentine, où son père tient une exploitation agricole.  Petite, elle parcourt la propriété de son père à cheval chaque weekend et crée déjà un lien avec la sellerie.

Ses goûts se forgent dans ce contraste entre l’élégance citadine de Buenos Aires et les matériaux bruts et authentiques de la campagne.

Après le lycée, elle s’oriente vers le design et le stylisme, et se spécialise dans la maroquinerie. Elle obtient son diplôme de l’Université d’état de Buenos Aires en 2009.

Très rapidement, Luli crée une première marque d’accessoires destinée au marché argentin. Mais sa volonté de partir à l’étranger est plus forte ; elle souhaite apprendre une nouvelle langue et découvrir une autre culture. La France, dont elle admire le savoir-vivre et le savoir-faire, se présente alors comme une évidence.

Arrivée en France en 2011, Luli enchaine les expériences dans le milieu exigeant du luxe. Elle commence par faire un stage de stylisme photo où elle a la chance de travailler notamment pour Karl Lagerfeld. Par la suite, elle travaille pour un créateur de tissus destinés à la haute couture, puis pour une jeune marque de maroquinerie de luxe, ce qui l’aide à développer son sens du détail et lui permet de s’enrichir d’une culture où la finition excelle.


ARNAUD ROUER

arnaud-rouer

Arnaud grandit entre la butte Montmartre et la montagne, sa grande passion : jusqu’à ses 16 ans, il rêvait de devenir guide de haute montagne. C’est pendant sa jeunesse que ses goûts pour le voyage et l’aventure se forgent.

En lien avec son amour du territoire et des cartes, Arnaud se spécialise en géographie et en économie à l’Université de la Sorbonne. Il y obtient son Master Environnement en 2011.

Arnaud part ensuite pour Londres afin de suivre un master supplémentaire en aménagement du territoire, puis travaille dans le milieu du financement de projet écologique. Il se rend vite compte que cet univers n’est pas fait pour lui et revient à l’une des ses premières passions : le théâtre, en intégrant une master class à la Royal Academy of Dramatic Arts de Londres.

Après deux belles années en Angleterre, c’est en France qu’il retourne, dans le but de débuter une carrière de comédien.

Ces deux caractères, à première vue éloignés, se rencontrent à l’été 2012.

 


Laïta : un lien entre le savoir-faire français maroquinier et l’artisanat traditionnel argentin

laita-atelier

En Mai 2013, Luli et Arnaud partent à la recherche de leur prototypiste.

Après des centaines de kilomètres à sillonner la France, ils rencontrent Franck, sellier maroquinier. Son atelier perdu dans les forêts de pins des monts d’Ambazac, sa passion pour la finesse, son amour du détail, et la manière dont il parle de son travail : c’est le coup de foudre.

De son côté, Franck tombe sous le charme du projet Laïta. Il s’engage pleinement en travaillant désormais de pair avec Luli au développement des futurs modèles, en réalisant les prototypes et en adaptant les fiches de productions aux fabricants argentins. C’est ici l’un des piliers fondateurs de la marque : mettre l’artisanat à l’honneur.

Le modèle de Laïta est trouvé : un échange de savoir-faire, de matériaux, de couleurs et d’histoire entre la France et l’Argentine.